Ceux qui ont établi une parfaite complicité avec leur chien disent que le langage de celui-ci est aussi clair que celui des humains. Pour les nouveaux possesseurs d’un chien, voici quelques indications qui vous seront utiles pour comprendre ce qu’il veut vous dire.

Corporel

La première des choses est de bien l’observer : ce sont ses postures ainsi que ses mouvements qui parlent et vous renseignent sur son état émotionnel.

La soumission

A-t-il la queue basse, la tête fléchie, les oreilles en arrière; est-il accroupi sur ses quatre pattes, les yeux à demi fermés ? Pas de doute, il fait acte de soumission.

La domination

Au contraire, est-il dressé sur ses pattes, la tête haute, les oreilles droites, la queue relevée, le regard bien ouvert ? Il signale alors sa domination.

L’agression

S’apprête-t-il à agresser, à mordre ? Les babines sont retroussées mettant les crocs à découvert, le poil du dos se hérisse, la queue se positionne horizontalement ou se rabat entre les pattes, le regard est fixe et menaçant. Attention, il est en posture d’attaque !

Sonore

Le chien possède une étonnante gamme de sons pour exprimer ce qu’il ressent ou ce qu’il veut faire comprendre :

Le jappement

Le jappement qui n’est qu’un aboiement bref et saccadé peut marquer la peur, la soumission, mais quelquefois aussi la douleur.

Le hurlement

Le hurlement — qui n’est pas sans évoquer celui du loup — signale souvent un état de stress, soit la peur de l’abandon, soit la solitude. C’est en quelque sorte un appel au secours, surtout si le chien n’est pas habitué à rester seul.

L’aboiement

L’aboiement peut exprimer des sentiments aussi divers que la joie, le mécontentement, la réprobation ou encore avertir d’un danger.

Le geignement

Le geignement marque un besoin, qui peut être celui d’être cajolé, de recevoir de l’attention ou la gâterie que le chien convoite.

La plainte

La plainte aiguë et brève peut  signaler une douleur passagère ou plus profonde. Portez attention à la répétition de ce signal afin de prendre éventuellement les mesures qui s’imposent.

Le grondement

Le grondement, lorsqu’il est sourd et continu, manifeste la colère ou le début d’une agression. Lorsqu’il est bref, il signifie que le chien vous interpelle.

Olfactif

En ce domaine, la supériorité du chien est notoire, car si l’être humain possède un cerveau bien plus gros que celui du chien, le lobe olfactif de ce dernier est quatre fois plus développé. Des substances chimiques, les phéromones, secrétées par le corps par les oreilles, la bouche, l’anus, les organes génitaux agissent littéralement comme «agents de renseignements» qui informent le chien sur le statut social du congénère ou son aptitude à la reproduction.

Ce qui est valable pour ses congénères est également valable pour l’identification des personnes, ce qui fait du chien un partenaire irremplaçable en cas de recherche de personnes disparues. On dit que le chien peut mémoriser une quantité impressionnante d’odeurs différentes (à peu près 100 000).