Beaucoup de maîtres ont déjà vu leur chien venir vers eux avec la queue entre les pattes, le corps ramassé, la tête rentrée et le regard baissé.

Le premier réflexe est alors de considérer que le chien a visiblement mauvaise conscience. C’est en raison de cette attitude, que l’on entend souvent dire : « Mon chien sait quand il a fait une bêtise. Il paraît se sentir coupable ! » Cette affirmation n’est que partiellement vraie.

Les chiens n’ont certainement pas mauvaise conscience, au sens où l’entendent les êtres humains. Ils ont toutefois sentiment d’avoir fait quelque chose de mal et redoutent la punition. C’est ce sentiment de peur qui les pousse à se faufiler la tête basse, tout recroquevillés. On comprend alors que de parler de capacité de jugement ou même de mauvaise conscience n’est pas adapté.

Dans la meute, ces gestes de soumission permettent bien souvent d’éviter les pires querelles. Les attitudes jouent donc un rôle particulièrement important. Se mettre sur le dos est loin d’être la seule façon d’exprimer la soumission : le chien peut détourner le regard, pencher la tête, baisser les oreilles ou rentrer la queue. Ces gestes doivent toujours être considérés dans leur contexte car chaque attitude n’a pas toujours le même sens selon les cas.